Publié le

Cirque : pourquoi interdire les animaux sauvages ?

Cirque : pourquoi interdire les animaux sauvages ?

Depuis quelques années, le débat sur l’interdiction des animaux dans les cirques est au cœur de notre société. Les conditions de vie de ses animaux dans les cirques laissent à désirer. Certains circassiens ont retiré les animaux de leurs spectacles. Adopte un doudou vous dévoile la vérité sur les conditions de vie ignobles des animaux sous les chapiteaux.

Les conditions de vie des animaux dans les cirques

Vos enfants ont-ils exprimé leurs souhaits d’assister à un spectacle d’un grand cirque ? Aujourd’hui, le cirque fait partie des grands débats de notre société. De nombreuses associations de défense des animaux souhaitent interdire la présence des animaux sauvages dans ce genre de spectacle. D’après une étude menée par l’association « 30 millions d’amis » en 2018, 67% des sondés sont favorables à l’interdiction des animaux dans les cirques. Certains parents hésitent ou refusent d’emmener leurs enfants aux cirques à cause des polémiques sur la violence et la souffrance des animaux en coulisses.

Les animaux sont soumis et battus

Dans les cirques, les animaux doivent faire du vélo, tenir en équilibre sur des ballons ou encore sauter dans des cerceaux en feu. Pour exécuter ses exercices, les dresseurs ont parfois recours à des méthodes épouvantables. Les éléphants et les fauves sont battus à coup de bâtons. Les ours sont retenus avec des colliers et des muselières. Les chimpanzés reçoivent des coups de pieds et sont frappés avec des cravaches.

En effet, des punitions physiques sont subies par ces animaux alors qu’ils ne sont encore que des bébés. Les animaux sont retirés très rapidement de leurs mères pour effectuer les tours dans les spectacles.

Les bêtes sont enfermés sous le chapiteau à vie

Les animaux de cirques sont capturés à l’état sauvage dans le seul objectif de « divertir » les spectateurs. Ils vivent dans des cages exiguës.

Les animaux sauvages nagent, explorent, courent, chassent et jouent lorsqu’ils sont à l’état sauvage. Dans un cirque, les animaux perdent tout contact avec la nature et sont enchaînés sous le chapiteau.

« Le bien-être des animaux sauvages non domestiqués ne peut pas exister dans le monde des cirques ambulants, en particulier pour ce qui est de l’habitat et de la capacité d’exprimer un comportement naturel » (Association Vétérinaire Britannique).

Les animaux sauvages ont besoin d’interactions sociales

Certains animaux, comme les fauves et les orques, peuvent être très proches de leurs dresseurs. Dans leur milieu naturel, les animaux ont besoin d’interactions sociales pour se développer. Pourtant, cette sociabilisation n’existe pas dans les cirques. Les associations estiment que les animaux sont proches de leurs dresseurs par nécessité.

Les cirques sont dangereux aussi bien pour les animaux que pour le public

Les animaux restent sauvages. Même s’ils sont dressés et accompagnés par des dresseurs dès leurs plus jeunes âges, le comportement des animaux sauvages reste imprévisible. En captivité, ces animaux peuvent devenir agressif à cause des conditions de leurs détentions inadaptées. Ainsi, certains dompteurs et dresseurs sont attaqués par les animaux dans les cirques.

Depuis 1990, les associations de protection des animaux recensent 65 morts humaines et plus de 130 blessures à cause de la perte de contrôle de certains animaux.

De plus, de nombreuses bêtes s’échappent des cirques chaque année au péril de leurs vies et de celles de la population. Ils sèment la panique dans les villes. Lorsqu’ils sont retrouvés, les animaux sont souvent morts ou seront abattus par sécurité.

Les cirques avec des spectacles incluant des animaux sont critiqués par les associations de défense des animaux.
Les cirques avec des spectacles incluant des animaux sont critiqués par les associations de défense des animaux.

La défense des cirques traditionnels

Certains cirques traditionnels se défendent et continuent d’exploiter des animaux dans leurs spectacles. Ils s’opposent aux accusations faites par les associations de protection des animaux.

Un collectif crée pour faire face aux associations de protection des animaux

Christian Caffy est le délégué général du collectif des cirques animaliers, qui regroupe environ 250 cirques en France.

« Présenter des animaux dans un spectacle c’est un choix fondamental qui relève d’une tradition, mais aussi d’un besoin profond de la population d’avoir le contact avec les animaux », affirme Christian Caffy. Il reconnait la beauté des spectacles sans animaux, mais considère que ce n’est pas du cirque, mais du « cabaret sous chapiteau« . Il pense que le cirque traditionnel est menacé par les associations de défenses d’animaux.

Face aux critiques et aux réquisitoires des associations, il répond : « Les animaux sont nés en captivité. Nous avons fait le décompte concernant un lion blanc, assez célèbre dans les cirques. Nous sommes remontés à 50 générations pour retrouver son ancêtre pris dans la nature. Croyez-vous que dans les gènes actuels de ce lion blanc, il y a encore le souvenir de la nature ? Sûrement pas ! Il faut qu’on arrête avec ces idées de kilomètres carrés nécessaires pour les tigres. C’est nécessaire dans la nature, pour avoir accès à la nourriture, aux femelles, se protéger contre les prédateurs etc. Mais dans les cirques, l’animal n’a pas du tout cette préoccupation. L’accès aux femelles est quasiment garanti, l’accès à la nourriture, il l’a sans avoir à se battre. L’animal a besoin de manger, de se reproduire et d’être protégé, et ça il l’a dans un cirque sans faire d’effort »

Existe-t-il des cirques sans animaux ?

A l’heure actuelle, les cirques évoluent et changent en adéquation avec les attentes de la population. Quelques cirques ont choisi de ne plus exploiter d’animaux sauvages dans leurs spectacles. Ils privilégient aujourd’hui l’humain contrairement aux cirques traditionnels.

Le cirque du soleil

Le cirque du soleil a été crée en 1984 au Québec. Il propose des spectacles fantastiques et féeriques dans le monde entier. Il a fait rêver plus de 90 millions de spectateurs dans plus de deux cents villes depuis sa création. Leurs spectacles ont reçu de nombreux prix prestigieux.

Le cirque du soleil est un cirque contemporain qui met en lumière le talent de leurs comédiens et de leurs artistes. Les spectacles offrent d’incroyables numéros d’acrobaties.

Le cirque Phénix

Le cirque Phénix a vu le jour à l’aube des années 2000. Mais depuis 17 ans, les animaux ne sont plus les vedettes de leurs spectacles. Le créateur a pris cette décision en 2002. A l’époque, c’était le premier cirque en France a renoncé aux spectacles avec des animaux.

Auparavant, le cirque Phénix avait des chiens, des chats, des chevaux, des tigres, des chimpanzés, des otaries et 8 crocodiles. Après la réalisation d’un tour avec un ours brun, le directeur de ce cirque a eu le déclic. Il a ensuite remplacé tous ses animaux par des acrobates et des marionnettes.

Les cirques mettent en avant le talent des artistes et renoncent aux spectacles avec des animaux sauvages.
Les cirques mettent en avant le talent des artistes et renoncent aux spectacles avec des animaux sauvages.

L’interdiction des animaux dans les cirques

Aujourd’hui, nous constatons que les interdictions des spectacles avec des animaux sauvages sont en nette progression. De nombreux pays de l’Union Européenne ont supprimé les cirques avec les animaux sur leurs territoires.

L’Italie, la Belgique ou encore le Portugal ont interdit la présence d’animaux sauvages ou non dans les cirques. D’autres pays ont suivi le même chemin :

  • Les Pays-Bas ;
  • Le Danemark ;
  • La Suède ;
  • L’Autriche ;
  • La Hongrie ;
  • La Roumanie ;
  • La Grèce.

L’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Espagne ont exclu partiellement les cirques avec des animaux.

Et en France ?

Dans notre pays, 353 communes françaises sont contre la présence d’animaux dans les cirques. Elles ont pris des arrêtés ou ont votés une délibération en conseil municipal pour éviter l’installation des spectacles avec des animaux sur des espaces publiques.

Ces décisions peuvent être annulées par la Préfecture ou le tribunal administratif car la réglementation française n’interdit pas la présence d’animaux sauvages dans les cirques.

Un cirque allemand met en scène des hologrammes d’animaux

Depuis 2018, le cirque Roncalli a décidé de supprimer les animaux de leurs spectacles. Le directeur a pris cette décision pour préserver le bien-être des animaux. Le spectacle a aujourd’hui une image beaucoup plus poétique et acrobatique.

Le cirque allemand a fait la une des médias car il a une particularité. Il a laissé la place à des hologrammes d’animaux sauvages. C’est un nouveau fait insolite dans le monde du cirque. Les hologrammes apparaissent en taille réelle et permettent une certaine liberté. Des animaux marins prennent place dans l’arène de ce cirque. Le spectacle est composé de nouveaux tableaux plus créatifs.

Cette initiative a été salué par la fondation « 30 millions d’amis ». Elle prouve que les cirques peuvent se réinventer tout en respectant le bien-être des animaux.

Vous souhaitez sensibiliser vos enfants à la protection des animaux ? Lisez notre article sur la protection des animaux : pourquoi sensibiliser les enfants aux animaux ?