Publié le

Les mamans au foyer

Les mamans au foyer, ces super women…

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Tantôt enviées, souvent méprisées, les mères au foyer – MAF dans le jargon – intriguent.

By Sarah

On croit tout connaître de ces femmes qui arrêtent de « travailler »,

mais il est en réalité difficile d’imaginer leur quotidien lorsqu’on n’a pas personnellement tenté l’expérience. On tente de décrypter ce statut social, ancestral et pourtant toujours inclassable.

La mère au foyer, la grande oubliée du PIB.

Sans statut défini, la mère au foyer semble être la grande oubliée du système.
 

Pas de rémunération, pas de protection sociale, pas de retraite.

Et aucune reconnaissance, la plupart du temps : même si les mentalités évoluent, rares sont les mamans au foyer à briller en société grâce à leurs résultats ou leurs anecdotes de travail, peu nombreux sont les pères qui ouvrent une bouteille de champagne pour fêter la réussite de leur compagne dans l’exercice de ses tâches domestiques.

Pourtant, les rares études qui se penchent sur cette catégorie d’individus confirment leur participation active à la richesse du pays : le ministère du travail rapporte que la production domestique, si elle était comptabilisée, augmenterait d’environ 30 % le PIB français(1) ! Pas étonnant eu égard au nombre de tâches ménagères effectuées par une mère au foyer au moins 35 heures par semaine – ménage, cuisine, repassage…
 
Explications : la MAF qui garde son enfant ne recevant pas de salaire, son travail est invisible sur le plan comptable, alors que le service rendu par la nounou et rémunéré rentre dans le calcul du produit intérieur brut.
 
L’économiste Paul Samuelson illustre à merveille cette aberration, en affirmant que lorsqu’un homme épouse sa femme de ménage, le PIB diminue.
 
Ces faits énoncés, la réalité devient une évidence :
 

La mère au foyer n’apporte pas seulement à son conjoint et ses enfants, elle contribue (secrètement) à enrichir la France.

Comme si être maman au foyer impliquait de signer pour un poste de prestataire de services bénévole, à plein temps et polyvalente – service de pressing, aide aux devoirs, garde d’enfants à domicile…
La mère au foyer, une maman à la maison. Et à la Poste, au supermarché, chez le pédiatre, à l’entraînement de foot…
La journée type d’une mère au foyer ?
Se lever en premier, pour préparer le petit déjeuner.
Habiller ses enfants.
Conduire ses enfants à l’école.
Faire les courses.
Faire du ménage.
Préparer le repas.
Récupérer ses enfants à l’école.
Faire déjeuner ses enfants à la maison.
Ramener ses enfants à l’école.
Faire du linge.
Faire de l’administratif – RV médecin, activités…
Etc…
 
Bien entendu, tout dépend du nombre et de l’âge des enfants.

Tout dépend également des tâches que la mère au foyer prend à sa charge et de celles qu’elle délègue.

Mais la to-do-liste quotidienne, en tout état de cause, est longue et surtout pas plus séduisante que celle d’une working mom, avouons-le. Un nombre extensible de missions à réaliser en un temps inextensible, des activités rébarbatives et peu valorisantes : le challenge ne pourrait absolument pas être relevé par une « feignasse », et rares sont les femmes qui s’épanouiraient à cet exercice…
MAF : le plus beau métier du monde ?
Certaines endossent le rôle par choix, d’autres s’y essaient par nécessité – pas de place en crèche, enfant qui requiert des soins, chômage… – et quelques femmes y découvrent leur vocation.

Quelle que soit la motivation à l’origine du projet, devenir mère au foyer implique :

 
– De mettre en parenthèses sa carrière professionnelle.
– De se désocialiser.
– D’avoir mal au dos – à force de jouer à hauteur de l’enfant, de passer l’aspirateur…
– De s’ennuyer – des heures au parc avec un bébé, à regarder un match de foot sans intérêt majeur…
– D’avoir la pression – une MAF doit tenir son intérieur d’autant mieux.
– De ne pas avoir d’argent perso.
– De ne pas pouvoir se targuer de réussir professionnellement – voire de passer pour une idiote non instruite.
– D’avoir un trou béant dans son CV.
Mais être maman au foyer, c’est également voir grandir son enfant, assister à chaque nouvelle étape de sa vie, construire avec chacun une relation privilégiée, ne jamais manquer de câlins, être seule maître de son éducation en bas âge, être la plus légitime à comprendre ses petits tracas, pouvoir prendre des RV de médecin en pleine journée, aller faire ses courses hors heures de pointe, planifier soi-même ses missions, changer librement ses habitudes du quotidien…
De mère au foyer à co-chef de famille, il n’y a qu’un pas…
Sans discréditer les working moms (à chacune sa peine !), les MAF réclament de la reconnaissance – à très juste titre. La maman au foyer n’est pas une flemmarde écervelée, mais comment le faire entendre à ceux qui croient encore à ce cliché ? A toutes les mères au foyer, armez-vous pour assoir votre statut de chef de famille ! C’est à vous de faire changer les mentalités, voici quelques pistes utiles :
 
1. Assumez votre choix lorsque c’est le cas ! Vous n’avez rien à prouver, du moins rien de plus que n’importe quel autre individu. Vous vous occupez de vos enfants plutôt que de payer une nounou ? C’est une décision aussi judicieuse que toute autre dès lors qu’elle vous épanouit.
 
2. Osez vous plaindre. D’accord, vous n’avez pas subi la pression professionnelle de votre employeur aujourd’hui. Mais vous avez amené votre enfant chez le médecin en urgence, ou vous avez supporté les cris inexpliqués et incessants de votre bébé, ou vous vous êtes profondément ennuyée… des désagréments aussi légitimes que tous autres.
 
3. Créez un réseau… A plusieurs on est plus fortes, on partage les soucis et les joies, on se comprend, on a des conversations et des activités d’adulte… Pour être une mère au foyer épanouie et recréer un lien social, trouvez vos alliées.
 
4. Ne vous laissez pas diriger… par votre enfant ! Une matinée au parc pour le bien-être de votre petit, bonne idée. Une après-midi shopping pour vous refaire une garde-robe, bonne idée également. Sachez parfois imposer votre emploi du temps à l’enfant, plutôt que de vous adapter inlassablement à ce petit être.
 
5. Acceptez d’être imparfaite. Tout le monde fait des erreurs, à chacun ses périodes de mou, et vous n’échapperez pas à la règle.
 
6. Réglez d’emblée le problème de l’argent. Vous n’en gagnez pas, ce n’est pas une raison pour ne pas en avoir. Ayez une discussion ouverte avec votre conjoint, pour organiser au plus tôt la tenue du budget.
 
7. Déchargez-vous ! Comme tout le monde, vous avez le droit à des vacances. Prenez du temps pour vous le week-end, osez partir avec des copines : à votre conjoint de s’occuper des enfants.
 
8. Ne renoncez à rien. Vous ne serez peut-être pas mère au foyer toute votre vie… on peut avoir 1 000 vies, et ce ne sont pas les mamans au foyer qui diront le contraire : passer de working woman à MAF puis à working mum, c’est possible, ne l’oubliez pas.
 
La mère au foyer subit les réflexions du type « tranquille la vie ». La mère qui travaille se fait culpabiliser de ne pas passer assez de temps avec ses enfants. Pendant ce temps, l’homme au foyer est résolument moderne, le businessman est admirable. MAF ou working mom, la femme est encore aujourd’hui une cible parfaite… Mais les consciences et les lois évoluent. Un conseil en attendant l’égalité hommes-femmes : faisons les choix qui nous épanouissent, et n’hésitons pas à les assumer!
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Laisser un commentaire